Après la loi Hadopi, c’est au tour de la loi LOPPSI de voir le jour.

Cette loi prévoit ni plus ni moins que le filtrage des réseaux. Le prétexte avancé est la lutte contre la pédopornographie. Le prétexte peut sembler juste à première vue. Toutefois, dès que l’on regarde la loi de plus près, on constate qu’il n’est pas écrit que le filtrage concerne uniquement la pornographie… Il sera possible de l’étendre à d’autres sites ensuite. On parlait déjà de filtrer les sites de jeu en ligne… On sait déjà tous que techniquement, le filtrage sera inefficace (1) (et la suite de l’article (2)). Pire, il dégrade la qualité de la connexion (c’est logique, puisqu’il ne s’agit plus d’un bête routage, mais du désossement des paquets pour décider si on doit les filtrer). Dans ces conditions, les jeux vidéos nécessitant une faible latence, mais aussi toutes les web applications sont en danger.

Selon Jean-Michel Planche, le filtrage modifiera la nature d’internet, aussi bien sans son contenu que dans sa structure. D’autres, comme Guillaume Champeau, essayent de prendre du recul sur toutes ces lois, et nous disent que tout ceci est préparé depuis longtemps, et que toutes ces lois ne sont que les pièces d’un gigantesque puzzle pour contrôler internet. Bref, l’avenir d’internet semble bien sombre…

Il est primordial de se battre contre toutes ces lois, qui seront inefficaces et liberticides. Pour cela, il n’y a pas des milliers de solutions : contacter ses élus, et voter en connaissance de cause…