Non, vous ne rêvez pas !

Amazon a décidé, via les DRM, de détruire des libres achetés légalement pour son Kindle, l’appareil qu’il commercialise pour lire des livres électroniques. L’explication avancée par Amazon est que les livres ont étés proposés par un éditeur n’ayant pas de droits dessus. Les ayants-droits ont donc demandé à ce qu’ils soient retirés. Mais là, il s’agit d’une grande première : la décision a été rétroactive ! Maigre consolation, les acheteurs ont étés remboursés. Les premiers livres qui ont subi ce phénomène sont 1984 et La ferme des animaux de Georges Orwell. C’est assez ironique, sachant qu’il avait prévu un système d’effacement rétroactif dans 1984.

Cela nous montre un aperçu du pouvoir exorbitant qu’ont les éditeurs via les DRM. Ils peuvent à tout moment détruire (ou du moins nous empêcher de relire) un contenu acheté légalement.

-Article sur le New-York Times -News (en anglais) sur telegraph.co.uk -News sur Numérama -Commentaire sur le site d’InLibroVeritas -News sur Clubic