Si vous empruntez les transports en commun parisiens, l’événement n’est pas passé inaperçu : Google fait de la publicité pour son navigateur, Chrome. Même si annoncer est courant pour des entreprises de cette taille, c’est inhabituel pour Google. La campagne de publicité, d’une ampleur immense, intervient partout en Europe, juste après la validation du ballot screen par l’Union Européenne. Un moyen d’inciter les internautes à cliquer sur l’icône de Chrome ? Image sur licence CC-By-Nc-Sa (source)

Une campagne de grande ampleur, multi-supports

Avec cette campagne de publicité, Google ratisse très large. En effet, il sort de l’espace d’Internet pour aller envahir la rue, avec des affiches 4x3 notamment dans le métro parisien et dans les gares. Les journaux y passent aussi, avec par exemple la couverture du 20 minutes. Le point culminant de la campagne reste le calendrier de l’avant londonnien. Bref, une campagne d’une ampleur immense, sur tous les supports possibles, pour toucher le maximum de population. Pour les gens intéressés, une liste plus complète des supports utilisés est disponible ici.

Viser le grand public

Cette campagne de masse vise très clairement le grand public. En effet, les services de Google sont très connus des initiés, mais dès que l’on sort du cadre restreint de ceux qui maitrisent un minimum l’informatique, Google n’évoque qu’un moteur de recherche. Les affiches décrivent des utilisations du web comme tout le monde pourrait en avoir (rechercher des informations, regarder et publier des vidéos, etc) sur une quelques lignes, chaque ligne commençant par un nombre, puis se terminent toutes sur 3 lignes :

X onglets ouverts 0 bug 1 navigateur

Toutes les activités décrites sur les affiches, ainsi que la campagne de masse ne font aucun doute sur la cible de Google : des utilisateurs standards, qui ne se sont a priori jamais posé la question du choix de leur navigateur. L’idée principale de la campagne est donc de montrer que ce choix existe, à ceux qui cherchent le petit “e” bleu pour “aller sur internet”.

Un moment crucial ?

Mais pourquoi faire de la publicité maintenant ? Et pourquoi cibler l’Europe ? La raison principale est probablement le ballot screen, qui doit apparaitre dans Internet Explorer. Cet écran devra présenter les différents navigateurs existants, pour permettre à chacun de faire un choix. Google, dont la part ne marché de son navigateur Chrome augmente lentement, espère ainsi passer à la vitesse supérieure. Cette fenêtre de choix est une grande opportunité à saisir pour tous les éditeurs de navigateurs. En effet, cela permettra de faire prendre conscience aux gens que ce choix existe, et qu’ils ne sont pas obligés de prendre “le truc par défaut”. De plus, l’analyse partagée par tous est que cette campagne de publicité bénéficiera également aux autres navigateurs alternatifs, rien qu’en montrant que le choix est possible. C’est ce que pense Tristan Nitot, président de Mozilla Europe.